Les 5 maux de ma nation

Article : Les 5 maux de ma nation
6 novembre 2014

Les 5 maux de ma nation

petrole

« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime! Il est complice. » George Orwell

Ce billet est une réponse à un lecteur. Il voulait savoir les réels maux qui entravent l´éclosion socio-économique de cette nation. Difficile de tout lister car aussi vaste qu´est le pays, nombreux sont ses maux. On ne fera donc qu´un aperçu des flagrants, ceux dont on ne peut cacher même au visiteur fraîchement débarqué sur le territoire.

l´illettrisme qui rime avec obscurantisme: « mon peuple périt faut de connaissance »! Cette maxime est adapté au contexte tchadien. L´école tchadienne va mal et pour l´enterrer on supprime les examens de CEPET et BEPC qui permettaient de tamiser un peu pour sortir les grains fins des gros grains. C´est notre façon de réformer le système éducatif tchadien. Entre temps, le niveau va descendant et l´obscurantisme qui va avec. Comment espérer protection ou compréhension d´une force de l´ordre qui lirait tes papiers à l´envers parce qu´illettré? On vit avec chaque jour espérant qu´un jour, on formera toute l´Armée tchadienne pour la rendre effectivement nationale.

L´incivisme et l´indiscipline comme compagnons: . La police et les militaires, que vous entrez par l´aéroport ou par les frontières terrestres, notre Armée signale déjà cela avec ses expressions, son comportement, la lenteur dans les procédures avec indiscipline encore. Depuis 1979, on a vu de nouveaux seigneurs s´emparer de la République et depuis, cette dernière a disparu pour laisser placer à un royaume dont l´incivisme est la règle. On a abolit cette matière dans les établissements scolaires. Le respect des institutions a disparu. Un employé qui viole royalement les règles que son supérieur établit et le nargue car il a un nom de famille, c´est une réalité chez moi.

L´anarque versus vol organisé des citoyens: ceci se passe au plus au sommet de l´Etat, des institutions agrégées et des entreprises publiques que privées. Celle que j´ai vécu moi-même dernièrement vient des sociétés de téléphonie sensées désenclaver le Tchad. Ils ont instauré un Fonds de Soutien au Sport National (Ne me demandez pas lequel). Ils soutirent 1, 18frs CFA sur chaque appel.
Un petit calcul : Supposons que nous sommes 4 000 000 de tchadiens utilisant chaque jour  un appel: 4 000 000 X 1,18f = 4 720 000/jour.

4 720 000 X 365jours =1 722 800 000 frs

1 722 800 000 X 2 (Tigo et Airtel) = 3 445 600 000 frs CFA par an et ceci depuis au moins 2 ans. Le monde entier sait pourtant que le Tchad brille par son absence aux compétitions internationales et ce ne sera pas pour demain notre présence à la Coupe d´Afrique des Nations. Où va donc cette somme?

Je vous laisse imaginer des entrées de la Douane, des contraventions payées et compagnie et la pénurie organisée de carburant.  Le vol étant la règle, il n´est pas étonnant que ce pays trône en tête des classement des pays corrompus au monde.

le fatalisme et l´absence d´une vision de vie: le jeune Tchadien n´a plus d´idole à qui s´identifier sinon il n´a que des aînés qui ne sont vraiment pas des modèles de développement personnel. Il manque une grandeur des ambitions pour beaucoup de jeunes qui sombrent dans le fatalisme. On s´en remet au bon Dieu qui est la corbeille de tout échec. On peut comprendre le désespoir de cette génération qui est plus corrompue que ses aînés. « C´est le pays qui est comme ça,  on fait donc comme tout le monde » est la devise de la jeunesse actuelle. Il faudrait du temps pour la faire comprendre que tout le monde n´est pas soi!

Le culte de la médiocrité allié au pessimisme: Le niveau scolaire des élèves et étudiants le prouve à suffisance. Les jeunes n´osent pas et ne rêvent pas grands car leurs rêves ayant été longtemps étouffés dans leurs sommeils par les institutions dites républicaines. L´Université est le cimetière des ambitions: on y entre jeune pour en ressortir avec des cheveux grisonnants si on ne se « bat » pas. Les hommes chargés inculquer le savoir le vendent ou l´échangent contre des moments de plaisir. Les gaz lacrymogènes  sont disponibles et en quantité pour dissuader quiconque oserait revendiquer juste un peu d´espoir.

C´est bien ceci l´image de mon pays et le peuple est devenu « mendiant de l´espoir » (titre du livre du Tchadien Ali Abderamane Haggar).

Partagez

Commentaires

SUCCES SUCKS DJ
Répondre

En lisant cet article,la tristesse m'innonde.Phrase apres phrase je sens le vecu quotidien.Merci d'avoir etre porteuse de ce qui se disent bas,de ceux qui murmurent sans avoir de reponse.Au moins,la verite qui peut blesser, console et raffraichit notre barette pour revisualiser et reorienter nos positions et pensees.Merci

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Vivement le réveil Succces!

Fotso Fonkam
Répondre

Supprimer le CEPET et le BEPC, ça il faut le faire!
Je pense la l'éducation a le plus grand rôle à jouer dans le développement d'un pays. Et quand on n'y accorde pas assez d'importance, les conséquences sont désastreuses.
J'espère vivement que les choses s'amélioreront au Tchad (et partout en Afrique)
Du courage!

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Le problème estque nos dirigeants veulent une masse non éduquée maléable à merci ainsi, ils vont out pour que le niveau ne s´élève pas.
Espérons que cela changera un jour.