Bienvenu dans le Far-West tchadien

Article : Bienvenu dans le Far-West tchadien
31 mai 2013

Bienvenu dans le Far-West tchadien

N´Djaména veut dire « liberté » en arabe tchadien. Il y a belle lurette, le tchadien a classé aux calendes grecques ce mot liberté qui souvent rime aussi avec sécurité. Le quotidien des Tchadiens est fait d’assassinats, de braquages, hold-up, intimidations, vols des biens et même du bétail. Exactement comme si les frères Dalton étaient tchadiens.

Image Google.com

Toute petite, j’aimais bien lire les bandes dessinées. Même en classe, en plein cours de Mathématiques, j’en avais toujours un sur mes genoux sous la table. Du Tintin au Blek le roc en passant par Zembla. Mais j’aimais bien aussi la fratrie Dalton. Je les aimais pour leur méchanceté stupide, leur imbécillité qui consiste à préparer minutieusement des attaques qui leur rapportaient des butins de rien du tout. Je ne sais pas si cette fratrie a réellement existé mais, je trouvais fascinant qu’ils soient si unis pour la défense de très mauvaises causes. En fait, c’étaient de vrais imbéciles à mon avis. Grâce à ces quatre frères, j’ai fini par comprendre que la bêtise et la méchanceté mises ensemble donnent lieu à des gags très drôles. Sauf quand l’Homme doit la vivre au quotidien. Là s’arrête le drôle pour faire place à la révolte.

Puis un jour j’ai grandi et je n’ai plus eu le temps pour fouiller dans ces livres en quête de la moindre stupidité de ces fils de Ma Dalton elle-même une grande voleuse et criminelle. Mais la nature ayant horreur du vide m’a comblé en me laissant grandir dans un pays où, j’ai eu la chance de voir tous les jours des frères Dalton en réels. Oui, bienvenue dans le Far-West tchadien : ici on braque les fourgons des payeurs en pleins jours, on braque les individus qui viennent faire des retraits de Western-Union, on gifle et crache sur les diplomates sans s’inquiéter. Même devant le siège de leurs représentations. On tire à bout portant sur l’Homme, on descend dans un commissariat se rendre justice soi-même car le sang doit se laver dans le sang.

L’autre similitude avec les Dalton c’est qu’au Tchad, nous avons aussi des Ma Dalton plus redoutables que leurs progénitures et des Pa Dalton, eux-mêmes grands braqueurs, détourneurs des fonds et biens publics. Ils sont près à tous pour que leurs criminels de fils échappent à la justice si non ils les aident à sortir du pénitencier pour revenir parfois se venger. Mais la ressemblance ne s´arrête que là car, au Tchad, on n’a pas de Lucky Luke qui puisse pourchasser, arrêter, menotter et mettre sous les verrous pour toujours ces frères Daltons des temps modernes.

Un fait récent, quatre  hommes armés se sont emparés de la paie des enseignants ce 30 mai 2013 en pleine capitale d’une République. Les quatre hommes armés ont suivi le payeur du ministère de l’Education M. Adam A. jusqu’à l’école du centre de N’Djamena, avant de le menacer pour s’emparer de la somme de 355 millions de francs CFA, représentant le salaire des fonctionnaires de l’éducation. Seulement, je n’arrive pas à comprendre. On suit le payeur jusqu’au lieu du payement au vu et au suit de toute une ville et on enlève aux enseignants leur paie sous leurs nez. Pourtant on a un Groupement Mobile d´Intervention de la Police (GMIP) qui est partout là où, on l’attend le moins. Une histoire digne d’un film de Far-Western sauf qu´il s’agit bel et bien de mon pays et d’une scène qui n’est pas la toute première. Il y a presqu’un an, on braquait un payeur et cela se solda par la mort de trois ou quatre hommes. Dans la même année, on arrachait à mon voisin de quartier son mandat que son fils vivant en Europe lui avait envoyé. Juste à la sortie de Western-Union.

Je ne me mettrai pas à vous citer tous les cas ici ; c’est le quotidien du Tchadien. On braque, on assassine comme on respire, facilement sans la moindre gêne. C’est dire que désormais chaque tchadien doit veiller personnellement à sa sécurité, à ses biens car l’Etat semble avoir démissionné de ses fonctions. Sacré pays qu’est le mien.

Partagez

Commentaires

Inconnuedepassage
Répondre

Hum... je trouve cet article très touchant, je suis Camerounaise et je dois dire que mes 'amis' tchadiens ne font pas souvent de vagues quant à la situation dans leur pays, ce témoignage me donne une plus claire idée du pourquoi de ce silence.
C'est triste à bien, y penser, que des hommes se permettent de voler les salaires d'enseignants, le fruit de leur travail, dit travail qui consiste à faire de chacun d'entre eux des 'hommes intègres'.. Je n'arrive pas à comprendre certains Africains, nous voulons le développement mais nous laissons de côté les sacrifices que de tels changements requièrent. Nous ne pouvons qu'espérer qu'un jour, la situation changera et que nous prendrons réellement conscience, et qui sait, peut etre que notre "Lucky Luke" viendra sur son cheval blanc, secourir et surtout mettre ceux là hors d'état de nuire.
En attendant, la seule arme est à mon sens la sensibilisation..

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Espérons, tooujours car tout n´est pas aussi sombre dans ce pays. Le Tchadien a juste décidé de se concentrer sur le positif est faire table rase de tout ce qui nuit notre image. Je ne sais pas si cela est le bon choix. Mais chacun a son point de vue.

josianekouagheu
Répondre

Ah Rendodjo. Comme ce billet me rappelle à certains points le Cameroun. Non, pas à certains points, à un pas près le Cameroun. C'est ça l'Afrique dira quelqu'un! Le Cameroun a aussi des Ma et Pa Dalton. Comme quoi nos pays n'avancent pas, même d'un centime...C'est malheureux et triste à la fois.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Ah oui, Josiane, je crois l´Afrique entière a un problème. Et je me disais cette génération de Dalton déguisés en sages ne nous arrange pas aussi. Mon grand rêve c´est de voir une génération de Lucky Luke et je crois, c´est possible.

Serge
Répondre

en tout cas, ça peut pas être pire que Rio de Janeiro, Récife ou Vitória... crois-moi, ici, on te tue pour rien du tout heim

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Rio c'est une autre planète.

Abdallah Azibert
Répondre

Tu sais, les tchadiens sont tres fort pour monter des scenes de toutes pieces pour se faire d'argent. D'habitude, les tresoriers sont escorter par les gendarmes jusqu'a destination. Celui-ci a evoquer la pleine journee et le centre ville pour effectuer le trajet seul. C'est pas innocent non?

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Ce qui est sûr, le fait qu´on arrache l´argent sans tirer dit déjà beaucoup.Bon esperons qu´il recevra une bonne correction.

Brya
Répondre

tu as bien compris. ce qui me touche, c'est le fait que beaucoup de famille vont subir les conséquences de ce "bra..." je ne sais plus koi, pendant longtemps

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Esperons quíls ont retrouvé l´argent et payeront les salaires.

Issa
Répondre

Salut
Cela fait partie de notre quotidien et cela n'étonne plus sauf les victimes et leurs proches. La rumeur (parait qu'elle est plus crédible ici)dit que braqueurs et forces de l'ordre sont de mèches... Pauvres n'djamenois

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Ne plus s' étonner serait une caution au mal. Les N'Djaménois ont fini par se résigner puisque le ver est dans le fruit. À moins qu'il n y ait un changement total à certains niveaux de pouvoir.

Augustin Kemay
Répondre

Le cas qui m'a fait le plus mal c'est l'assassinat (et je pèse mes mots) du Prof Nomaye Madana, Directeur du Centre National des Curricula (CNC). C'est le meilleur pédagogue du Tchad jusqu'ici ! Mais j'ai l'habitude de dire à mes camarades que cela aura une fin un jour. Quand une bête est acculée, coincée, bloquée à un point où elle ne peut plus reculer, elle n'a plus d'autre choix que de foncer (tête baissée ou pas) sur son bourreau...

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

On attend patiemment ce jour Augustin. Espérons qu il arrivera avant qu on ne nous finisse.