La prostitution, cet autre visage de Château rouge

Article : La prostitution, cet autre visage de Château rouge
Étiquettes
6 janvier 2014

La prostitution, cet autre visage de Château rouge

Crédit: Rendodjo
Crédit: Rendodjo

Tout le monde en a parlé, beaucoup on écrit sur cette autre image de Château rouge, un quartier parisien du 18e arrondissement, envahi par la prostitution.  Moi, j´ai lu ce qui se rapportait à ce sujet, j’ai bien écouté aussi, mais pris le tout avec des épinglettes jusqu´à ce que je me rende compte. Le jour où j´ai compris ce que cela veut dire : se prostituer, j´ai eu de l´aversion envers tous ceux qui entretiennent ce métier, ceux à qui cela profite et ces jeunes prostituées africaines qui gardent un silence complice.

Pour la petite histoire, Château rouge est la petite Afrique du jour, mon marché préféré, mais aussi là où, je fais mes cures lorsque j´ai la nostalgie du marché central de Ndjamena. On y trouve tous les produits alimentaires africains, légumes, épices, fruits vendus à même le sol comme en Afrique. On discute les prix, on se hèle, se chahute. Toute l´atmosphère des marchés africains est là, sauf que la nuit venue, une autre sorte de marchandise est proposée à un autre type de clientèle. J’ai mes petites habitudes dans ce quartier que je croyais  connaître. Oui, mais connaître chaque rue, ruelle, boutique et recoin d´un endroit ne veut forcément pas dire qu´on connaît l´endroit. Car Château rouge a bien deux visages ; l´un du jour joyeux, coloré, exaltant et parfumé d’épices et autres délices et l´autre sombre, morose, aux relents pestiférés qui déshumanisent la femme.

A défaut de vitrines et boutiques, elles sont exposées dans le froid hivernal ou la moiteur estivale dans des habits peu chauds avec des touffes de mèches de toutes couleurs sur la tête et les visages peint aux vives couleurs. Depuis quatre heures on fait le va-et-vient sur l´avenue principale du quartier Château rouge de Paris. Comment photographier sans me laisser prendre ? Trottoirs et halls d’immeubles sont depuis quelques minutes envahis par des groupes de femmes qui lentement s´installent, traînent les pieds, lorgnent les enseignes ou discutent entre elles. Certaines ont sous les bras de gros pull-overs. Elles savent qu´elles  resteront jusqu´au petit matin. Ces trottoirs sont livrés toute la nuit à de jeunes et très jeunes Africaines, Ghanéennes et Nigérianes tenues d’une main de fer par les « mamas ». Derrière cette prostitution du pauvre, se cachent de puissants réseaux qui exploitent les femmes et leur font payer un lourd tribut. Impossible de les faire parler. Elles sont si méfiantes et je lis la peur dans leur regard comme si un œil invisible les surveille et qu´une oreille invisible les écoute.

Elles portent un sac en bandoulière et n’apparaissent qu´en fin d’après-midi dans les quartiers où se pressent de nombreux passants. Vêtues  d’ habits simples, ordinaires, elles montrent toutefois l´essentiel à offrir. Les quartiers de la Goutte-d’Or (XVIIIe) les secteurs Marcadet-Poissonniers et Château Rouge ne proposent qu’un triste spectacle. Les habitants, qui ne supportent plus cette présence  sous leurs fenêtres, dans leur cages d’escalier, sous les échafaudages d’un ravalement d’immeuble, à côté des abris de bus, ont fini par se résigner. On est obligé de faire avec dira une dame. Elles sont une machine à satisfaire avec des passes taxées à 20 ou 30 €.

Crédit: Rendodjo
Crédit: Rendodjo

Une image désolante que je veux filmer, mais comment? Je suis accompagnée d’une  lectrice de Mondoblog pour pouvoir passer inaperçue. Mais, très vite nous sommes repérées. On nous renifle : on sent les intruses. Les hommes potentiels clients nous toisent de haut, les yeux pleins de questions. Les filles, elles sont prêtes à sortir leurs griffes. Elles observent chacun de nos mouvements. La défense de son terrain est primordiale dans leur monde. Je simule un achat dans une boutique, question d´avoir le bon angle, mais j´échoue. Vaincue, je range mon appareil photo et me décide à repartir sur le trottoir avec mon téléphone. J’ai réussi à voler quelques images et alors que je suis  en train de les  regarder un courageux ose nous aborder. Notre air dubitatif lui fait comprendre qu´il ferait mieux de tenter sa chance ailleurs. Inutile de traîner longtemps puisque les proxénètes commencent à se faire présents. Après un bref échange de coup d´œil, on  décide de s’éloigner pour  s’engouffrer dans la première entrée de métro .

Partagez

Commentaires

Josiane Kouagheu
Répondre

Ah Rendodjo enfin, je relis une histoire du chateau rouge. J'ai tellement entendu parler de ce lieu devenu celèbre surtout par ses prostituées. En te lisant, je me rends compte du fait que ces histoires sont si similaires. Mais en lisant ce billet, je me rends compte, afin, j'ai l'impression d'écouter une histoite. Bonne année 2014 ma grande!

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Bonne année Josiane! Crois moi, c'est une histoire pour les uns mais une réalité douloureuse pour celles qui la vivent. Beaucoup y ont atterri par la naïveté de leurs parents qui, croyant bien faire les ont confié contre quelques Euros à ces proxénètes. J'ai omis e exprès certaines parties pour ne pas choquer. Peut être que je le remettrai dans un autre article.

Serge
Répondre

Avec la criminalisation des cliants, ils vont tous allés dans la clandestinité... quelle loi idiote !

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

C'est une loi à double tranchant. Si le but est de protéger ces filles, je crois qu'elle leur sera aussi fatale. Les gérants de ce milieu ne sont pas prêts à perdre le gain facile.

debellahi
Répondre

Loi ou non, la prostitution est dégradante, et constitue une atteinte a la dignité humaine. Château rouge est décrit comme si on y était.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Tu as raison Debellahi, mais tant que qu'on aura les hommes prêts à se servir là, toutes les lois ne pourront venir à bout du Phénomène.

Aphtal
Répondre

Affaire de Château Rouge hein!

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Aph Tal Château Rouge a fait quoi?

RitaFlower
Répondre

Comme la Majorité des Africains de Paris,j'aime Château-Rouge le Jour.Marché de convivialité et de chaleur humaine malgré ses rues bruyantes et bondées pour faire les courses.La nuit,ce quartier devient carrément infréquentable.P.S.Les photos sont claires et nettes,on voit bien.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Château Rouge le jour est formidable. Les rues bruyantes voilà tout ce qui me plaît en plus dans le coin. Vivement une prochaine fois à deux?

chrissfreevoice
Répondre

Vous auriez pu me convier à votre enquête...
Je m'explique : Château-Rouge me rappelle tant de souvenirs et surtout, j'ai un contact qui aurait pu argumenter votre sujet en son coeur.
Bref, j'ai commencé à répondre à ton post et vu la longueur de mon commentaire, j'ai décidé d'en faire un article sur mon blog...(ça commence à devenir récurrent chez moi).
Merci de m'avoir inspiré à écrire sur ce sujet ! ;)
Donc bientôt, tu sauras tout ! lol (je reviendrais mettre le lien ici).

chrissfreevoice
Répondre

https://chrissfreevoice.wordpress.com/2014/01/12/chateau-rouge-part-1/

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Hummmm, j´attends la suite.

chrissfreevoice
Répondre

Il faudra patienter...Je n'ai que peu de temps cette semaine mais bon...qui sait ?!

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

La prochaine fois ce sera avec toi Chriss. T´inquiète!

chrissfreevoice
Répondre

Avec plaisir ! ;)
Nihgt and day ? ;)

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

May be Day and Night

Paul Armand
Répondre

Bel article sur cet univers particulier qu'est Chateau Rouge.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Merci Paul.

hosting gratis
Répondre

Good way of explaining, and good post to obtain information concerning my presentation focus, which
i am going to deliver in institution of higher education.