Le Tchad, ce pays que je porte en moi

Article : Le Tchad, ce pays que je porte en moi
Étiquettes
2 juin 2014

Le Tchad, ce pays que je porte en moi

https://en.wikipedia.org/wiki/Chad
https://en.wikipedia.org/wiki/Chad

Vous est-il arrivé de frapper sur le moteur de recherche le mot ? Alors vous savez sans doute comme qu´il n´y´a pas trop d´information sur ce pays. Sinon souvent des informations erronées et incomplètes. Il est un pays ce Tchad. Culturellement diversifié avec un beau paysage et une mosaïque de peuples.
Le Tchad c´est une superficie de 1.284.000 km2 avec 560 km2 de terres cultivable logé tout au cœur de l´Afrique. Vingtième pays au monde par sa superficie et le cinquième pays le plus grand pays d’Afrique après le Soudan, l’Algérie, la République Démocratique du Congo et la Libye.

Ce pays se caractérise par son immensité, par son enclavement et son éloignement de la mer. Il est situé à 1700 km de Douala (Cameroun) et 2 400 km de Port Soudan sur la mer rouge.
Ses frontières sont communes avec le Soudan à l’Est, la République Centrafricaine et le Cameroun du Sud, le Nigeria à l’Ouest, le Niger au Nord –Ouest et la Libye au Nord.
Trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique noire, carrefour des caravanes transsahariennes et berceau des civilisations nomades; ce qui influence fortement le mode de vie des Tchadiens ainsi que leurs habitudes alimentaires et vestimentaires : on mange le Kissar comme le Soudanais, l´Algérien et le Marocain. On le mange avec beaucoup de petites sauces comme l´Éthiopien. On mange les fécules comme le Bantou qui vient de la forêt.
Le Tchad est la somme des contrastes entre le désert du Nord et la savane du Sud. On peut le vérifier avec nos modes vestimentaires qui vont du voile fin et cotonné comme celui de la Mauritanienne et de la Djiboutienne. On se voile comme l´Indienne noue son Sar. Nous sommes le résumé de l´Afrique. Quand une tchadienne est au Sud du Cameroun, on la confond au filles du Sahel camerounais lorsqu´on nous confond pas aux sénégalaises à cause de nos boubous amidonnés.
Les populations nomades ici, vivent au rythme de leur chameau et au gré de pâturages se déplacent selon le tempo des saisons tandis que les agriculteurs sédentaires s’emploient à domestiquer la terre et à la rendre nourricière. On aurait un beau puzzle si, les conflits agriculteurs/éleveurs ne viennent pas de temps en temps perturber cette cohabitation.
Le Tchad c´est aussi une cuvette bordée par deux couronnes de montagnes et de plateau : au Nord avec le massif de Tibesti (3415 m au volcan de l’Emi Koussi) et à l’Est par le plateau gréseux de l’Ouaddaï (1360m) s’abaissant vers le Sud-Ouest. La zone la plus basse est occupée par le Lac Tchad, réceptacle final de vastes plaines d’inondation des fleuves Chari et Logone. Ces deux fleuves constituent l’unique réseau fluvial : le Chari coule sur 1200km depuis la Centrafrique et son principal affluent le Logone prend sa source au Cameroun sur 1000km. Tous deux confluent à l’approche de la capitale. Le coucher du soleil sur leurs rives est merveilleux. On compte aussi cinq lacs principaux : Tchad, Fitri, Iro, Lere, Tekem. Les eaux y sont très poissonneuses mais rendues dangereuses par la bilharziose et le ver de Guinée.
Son climat est tropical et humide au sud (zone soudanienne la plus arrosée et la plus peuplée), offrant un paysage de savane arborée et de forêt plus clairsemée à l’approche $des villages en raison de la coupe abusive du bois. Le climat de la zone centrale est de type sahélien caractérisé par une steppe épineuse, fortement marqué par une saison sèche plus longue que la saison des pluies. Le Nord, soumis à un climat saharien désertique aux paysages contrastés avec des oasis et des récifs montagneux ornés des peintures rupestres. Cette partie représente la moitié de la superficie du pays.
là se trouve les lacs d´Ounianga-kebir.
Les Tchadiens sont des hommes très hospitaliers. On a 200 grands groupes ethniques avec un maximum de 254 langues parlées. Un imbroglio qu´on a choisit d´agencer en choisissant le français, l´arabe et l´anglais (nous sommes membres de l´OPEP n´oubliez pas) comme langues officielles. Venez découvrir ce pays. Venez faire un tour dans les massifs du Tibesti. Venez les bords du Lacs Ounianga-Kebir vous attendent. Si vous ne voulez allez très loin, nous iront faire un tour à Douguia. Les poissons on un goût particulier là-bas.

Partagez

Commentaires

Gapili Pofinet
Répondre

Bonjour,
J'ai lu avec intérêt le portrait que vous dressez de notre pays. Il me semble que certaines informations devraient cependant être quelque peu revues, sinon corrigées :
- Il me semble que la superficie cultivable au Tchad devrait être supérieur à 560 km2. Ne s'agirait-il pas plutôt de 560 000 km2 ?
- Vous mentionnez les pays voisins du Tchad sans signaler le Sud Soudan. Il me semble que cette entité géographique est devenue un pays à part entière depuis quelques années et qu'elle partage désormais une frontière commune avec notre pays. Me trompé-je ?
- Vous indiquez également qu'il y a 200 grands groupes ethniques pour un maximum de 254 langues parlées. Il me semble que le principal facteur de différenciation ethnique est la langue, outil vecteur de valeurs culturelles communes. Y aurait-il au Tchad des ethnies ayant chacune plus d'une langue ? par ailleurs, pourquoi "un maximum" de 254 langues ?

Tout de même, mes félicitations pour cette présentation de notre pays. C'est plutôt flatteur et ça permet d'attirer de potentiels touristes. Chaque tchadien devrait faire comme vous. Encouragements !

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Merci Gapili pour m´avoir lu très exactement. Nous sommes tous un tout petit peu des ambassadeurs du Tchad quelque part. Et encore merci pour les erreurs que vous avez aussi relevé. cependant, certaines informations, je les ai tiré de sources officielles:
- Le site de la présidence parle de 560 Km2 de terre à vocation agricole et ne disposant pas d´autres sources, on ne peut que l´accepter ainsi.
- Avec le Sud-Soudan, c´est une faute grave de ma part car ayant pas réactualisé dans ma tête les pays limitrophes du Tchad.
- J´ai parlé de grand groupes ethniques car si on veut parler en terme d´ethnies, je crois que le Tchad aurait bien au-delà des 200-254. Rien que le groupe day a en son sein au moins 3 grands groupes et 2 ou 3 sous-groupes ayant tous un parler qui diffère sensiblement les uns des autres. Le groupe Moundang a les Moundang Torrock et le Moundang Léré. Autant de nuances qui font la richesse linguistique de ce pays.