Ces hommes qui crient ne sont pas des ours

Étiquettes
21 novembre 2014

Ces hommes qui crient ne sont pas des ours

Gravat de William Blake que il·lustra "Un negre penjat d'una forca per les costelles" del capità John Gabriel Stedman a:Narrative of a Five Years Expedition Against the Revolted Negroes of Surinam, 1792.
Gravat de William Blake que il·lustra « Un negre penjat d’una forca per les costelles » del capità John Gabriel Stedman a:Narrative of a Five Years Expedition Against the Revolted Negroes of Surinam, 1792.

Chère Communauté Internationale,

Chers Représentants des institutions internationales,

À tous les partenaires du Tchad,

voici une lettre qui ne saurait être administrative. Elle enfreint les règles de courtoisie car elle s´écrie de mains essuyant encore les larmes qui coulent pour ces jeunes tombés partout au Tchad la semaine passée.

En effet, il y´a des situations qu´on ne saurait expliquer d´un trait et avec des mots exacts. Cette lettre est une manière d´attirer l´attention, votre attention sur l´actuelle crise socio-politique tchadienne. Ceci est une lettre pour dénoncer le mutisme complice des uns et des autres. On ne saurait cautionner un État-tyran qui assoiffe, affame et opprime son peuple. Il n´y a jamais un gouvernement sans gouvernés. Idriss Deby Itno et son peuple ignore cela peut être mais, vous, en tant qu´institutions défendant la démocratie et les libertés, vous êtes sans ignorer que l´éducation, l´eau, le pain sont les droits les plus élémentaires dont un homme puisse encore disposer quelqu´en soit son statut.

Tout un peuple revendique juste un peu de dignité et sa part aux ressources tchadiennes confisquées. Au cri de ce peuple on oppose l´argument de la stabilité régionale pour protéger un régime assassin qui ne cesse de réprimer toute revendication dans le sang ce fut le cas ces 11 et 17 novembre 2014. Oui, le président tchadien est aujourd´hui votre partenaire comme garant de la stabilité sous-régionale. On ne le refuse pas. Mais que servirait cette stabilité à un peuple tchadien affamé ne disposant pas de lui-même? Quelle importance si on n´a pas d´eau potable à boire, si les besoins élémentaires ne sont pas satisfait? Quelle stabilité si on refuse à un Homme son droit au savoir, à la quête d´un lendemain fructueux? L´éducation est devenue trop chère et se soigner et une chimère.

Peut-on parler de la paix le ventre creux lorsqu´on sait qu´en face de soi, l´autre n´a que le mépris? Vous vous demandez certainement ou est le mépris; eh bien il est dans ces grosses cylindrés qui sillonnent le pays, dans ces voitures V8 qu´offre comme trophée aux éleveurs de chameaux tandis que le salaire des fonctionnaires n´est pas payé. Il est dans la familiarisation de l´administration. Vous n´avez certainement pas vu l´injustice, elle est dans le résultat d´un concours quand l´admis ne figure pas sur la liste d´admission. Le gouvernement MPS n´a cessé depuis son ascension à la Magistrature suprême d´offenser le droit des Tchadiens et leur besoin de vérité et d´équité et du minimum vital. Les ressources tchadiennes sont sans cesse détournées tels que le ciment de Baoré, le carburant de Djermaya qui aurait pu résoudre le manque de l’énergie domestique. Un État qui perd complètement le contrôle sur le prix des denrées de première nécessité, et ne se soucie guère qu´il manque d’eau potable et d’électricité dans tout le pays.

L’amélioration du niveau de vie du Tchadien doit passer par la mise à nue des insuffisances de la politique Mpiste, les incompétences des dirigeants, les incongruités et les incohérences de l´opposition tchadienne. Telles les raisons qui ont mis le peuple dans la rue. Tout pouvoir démocratique aurait convoqué son peuple et écouté les attentes or le pouvoir tchadien a préféré par ses militaires ouvrir le feu. On a deux morts à N´Djaména, un à Sahr, un mort à Kélo et de nombreux blessés grave.

Il est une envie de poser juste une question au président Idriss Deby Itno:

– où allez-vous cher politique? Que désirez-vous pour votre peuple?

 Si sa réponse serait dans le style aller vers le développement, l´émergence et la démocratie, il va falloir qu´il résolve déjà les maux cruciaux des Tchadiens, assure leurs besoins vitaux et leur sécurité sur l´ensemble du territoire national et fasse juger les auteurs de la mort des manifestants. Il ne peut avoir que vos institutions pour le pousser à le faire car vous pouvez encore rompre le partenariat qui lui est si indispensable pour sa  crédibilité internationale.

C´est à ce prix seulement que le Tchad ira à la démocratie, au développement socio-économique, à la vérité et à la justice!

Très cordialement,

Billet titré d´après le film de Mahamat Saleh Haroun, un homme qui crie n´est pas un ours 

Partagez

Commentaires

Fotso Fonkam
Répondre

Ce que j'aime d'abord dans la plupart de tes articles, c'est les titres. Ils suscitent immédiatement la curiosité. Heureusement que le contenu ne déçoit pas.
En te lisant, j'ai cru que tu décrivais le Cameroun. L'Afrique devient invivable. Nous avons besoin de changement, le peuple le réclame. Nos monarques doivent le comprendre. Merci de le relever dans cet article.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

N´est-ce pas? ;-) l´Afrique centrale, il n´y a que les noms qui diffèrent les pays les uns des autres.