L´exemple vient d´en haut!

Étiquettes
10 août 2013

L´exemple vient d´en haut!

Et si on vendait ce pays? Sérieux, l’idée ma déjà effleuré plusieurs fois. Chaque Tchadien prendra sa part et ira se chercher un autre chez soi. Un pays comme le nôtre avec son sous-sol, on trouvera certainement preneur. En fait on a  ce qu’il faut pour qu ´une nation s’épanouisse. Et il vrai que nous avons aussi amorcé un développement quelconque. La place de la nation, les universités de Toukra la cité des affaires et bientôt le N´Djamena II. Tout a changé très positivement. Seul bémol, on fait un petit pas en avant pour effectuer un grand bond en arrière. On construit pour détruire. On souhaite bâtir une démocratie tandis que le pouvoir obnubile et détruit ce qui lui confère cette démocratie : la liberté de la presse et le dialogue. En parlant de dialogue, elle manque tant au point que deux hautes personnalités qui font la République puisse s´en venir aux mains? Le peuple tchadien leur en dit merci de faire la Une et d´alimenter ainsi la presse à scandale. On veut la paix mais tout est prétexte d’exhibition de notre arsenal de guerre. La fête de l´indépendance, la fête de la démocratie. Comme si le ciel a décidé de ne jamais être bleu et clair dans ce pays. On veut le développement mais on affame la grande partie de la population et on se réjouit lorsque La misère gangrène des couches sociales. A peine se débrouille-t-on a obtenir un petite voiture question d’échapper à l’arrogance de ces petits apprentis de bus qui pour un cinq francs te gifle, t humilie, que le lendemain une bande armée te l´arrache. Pourquoi nous nuire? La diversité est un cadeau une richesse. Chez nous elle est prétexte de division. On avance et on fait des efforts côté structures tandis que l’aspect droit de l’homme piétine. Qui dirigerait-on si on doit emprisonner tout le monde? Penses-y cher dirigeant. Oublie ton rang pour descendre au niveau du sol goûter la vie comme ton peuple. Nous sommes tous humains, on rit on pleure, on respire le même air. Alors ne nous fais pas de là-haut des promesses et critiques qui, vu de nos rues et cases délabrées semblent étranges. Ne nous racontez pas des fables chers dirigeants car,seule la grenouille se trompe de fable. Vous vous trompez souvent. Malheureusement. Le discours présidentiel pour l´Aid el Fitr le prouve:

«Vous savez que nous assistons aujourd’hui à un phénomène assez inquiétant qui risque de faire perdre la force essentielle de notre pays qui est la jeunesse. Nous observons une situation inquiétante en ce qui concerne la dépravation de nos mœurs, la dérive de notre jeunesse soit dans son comportement social, soit dans sa culture, l’avenir de la jeunesse.» Quand j´écoute un discours pareil, je me dis mais à qui la faute? Quand on a passez vingt ans à nous inculquer le vol, le détournement, l´impudicité, l´inégalité et l´injustice comme des valeurs morales.

« Nous devons préparer ces jeunes pour les sortir de cette situation actuelle de dépravation de mœurs quel que soit la religion à laquelle nous appartenons. Nous avons aussi nos us et coutumes ; nous observons des choses que nous ne pouvons pas les taire ; nous devons agir de manière à ce que notre société soit une société propre qui puisse garantir à la jeunesse, un avenir serein, radieux. (…) La dérive actuelle de notre jeunesse n’est pas un bon signe. (…) Et c’est aussi par l’acquisition des connaissances qu’ils peuvent assurer, l’avenir du Tchad de demain ». (Fin de l’extrait). Je suis assez paresseuse pour faire une analyse de ce discours phrase par phrase mais disons, mais je m´y reconnais un peu dedans comme une jeune tchadienne. Je me vois comme cette jeunesse qu´on accuse de dépravée. Qui a appris à cette jeunesse à aimer l´ailleurs? Quand ceux qui sont censés être les modèles prennent le panier pour aller faire du shopping ailleurs, se chaussent et s´habillent Outre-mer, ne savent même pas combien coûte le tas de Gombo ou de Kawal sur le marché parce qu´ils se nourrissent de conserves venues d´ailleurs. Tout ce qui fait l´identité d´un peuple, ils ignorent.

Je ne parlerai pas de connaissance. Il est bon de construire des universités mais il serait mieux de doter ces bâtiments universitaires du personnel enseignant, des bibliothèques universitaires et revoir les conditions de recrutement des enseignants. Et avant que je ne l´oublies, qu´on tâche de bien payer ces enseignants. On les rendra ainsi incorruptibles s´ils survivent à l´insolence de ces fils à papa. Fils donc de nos faiseurs de moral qui ne respectent personne. Comme quoi, il faut ôter d´abord la paille dans vos yeux. Autrement, de là-haut donnez nous l´exemple.

Euh, j´oubliais. Mabrouk al Aid!

Partagez

Commentaires

Baba Mahamat
Répondre

Ma Chère,
Je suis à la fois surpris et habitué à lire ces lignes sur le Tchad, un pays qui m'a vu naître et dont je dois beaucoup en passant par mes premières années d'études primaires à l'école primaire de Begou et mon inéfable éducation, bercée par ces eaux douces de Sarh.
Les problèmes tchadiens sont certes vrais et ils le sont aussi pour les autres africains. Je loue ta franchise et ton niveau de la compréhension du fléo africain qui sont ces hommes. Toutefois, je crois à une génération montante et consciente qui doit faire différent.
Courage consoeur.
Baba

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Ravie de savoir que tu connais Begou et sûrement le Bahr Kô comme moi. Sarh à former assez de cadres Africains et Tchadiens. Dommage que nos politiques actuels ne soient à la hauteur de la tâche.

Limoune
Répondre

Non, ne le vendez surtout pas ! Mabrouk el Aid et puisse la nouvelle génération rendre ce pays invendable et droit.

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Merci Limoune, Mabrouk el Aid à toi. Tu m´as donné une idée pour un billet de mon top 10. Je te dis à bientôt!!! ;-)