Politique

Et si on faisait le bilan du règne mpsiste?

IDI

Le président tchadien, Idriss Deby Itno/commons.wikimedia.org

Tous les premiers décembre se suivent mais ne se ressemblent pas. Celui de l´an passé n´est pas celui d´aujourd´hui. Sur fonds de tension sociale, de code pastoral désavoué par la population, et une mise au point voilée du parrain Hollande, cette commémoration du putsch militaire de 1990 n´a rien de gaie dans les coulisses certainement. Un bilan s´impose donc.

À César ce qui est à César. Je reconnais donc que c´est par le pouvoir de Bamina que j´ai entendu pour la première fois le mot liberté au Tchad en 1990. La liberté a été en effet accordé sans or ni argent. Continue reading

J´ai tenté de comprendre la Reforme d´Obama

La Réforme tant attendu de la NSA est enfin chose faite. Obama a dit oui à la reforme mais, que veut ou peut-il réformer concrètement? Ce que j´ai pu retenir de ce projet de réforme, c´est qu´elle est en fait une poudre aux yeux et le croire n´engagerait que qui veut bien y croire.

«Tout ce qui ne met pas fin à la surveillance de masse, sans suspicion (préalable) des Américains n’est pas acceptable» (dixit l’Union américaine de défense des libertés civiles).je dirais que toute Réforme qui n’opère aucun changement dans le fond n´est pas une réforme.

En présentant son projet de réforme de la NSA ce vendredi 17 janvier, Barack Obama a voulu atténuer les critiques dont cette agence essuie depuis les révélations d’Edouard Snowden.  depuis le printemps dernier ont provoqué un débat de fond aux Etats-Unis sur les méthodes de l’agence de renseignement et la protection de la vie privée des citoyens. Le scandale a même grippé les relations entre Washington et certains de ses alliés. Le projet de réforme a juste prévu des garde-fous dans les méthodes de surveillance, elle ne soutire en rien  cause à la NSA ses prérogatives. A-t-on attendu une réforme qui curera les tréfonds de la machine de surveillance mondiale? Eh bien il va falloir ne plus s´illusionner : l’essentiel de la réforme de la NSA ne concerne que la méthode. Donc une réforme sur la forme plus que sur le fond. L’agence de renseignement va, en effet, continuer de recueillir des millions d’informations sur nous et nos mouvements et les conservées.

N´empêche les propos d´Obama qui se veut rassurant comme quoi, «nous n’espionnons pas nos alliés, mais nous n’allons pas nous excuser parce que nous sommes efficaces». Ne dit-on pas que qui s´excuse s´accuse ? La NSA va continuer de recueillir des informations sur les activités et les intentions des gouvernements à travers le monde.

Voilà comment j´ai compris ce discours énoncé par un Obama qui se voulait convainquant. Les alliés se sont réjouis. Doivent-ils s´en tenir à une promesse ? La plus grande des promesses faites par Barack Obama, qui a certainement réjouis beaucoup, n´est pas encore tenue. Guantanamo nargue encore l´électorat américain.

En clair, la NSA continuera par espionner le monde. Voilà comment je résume le discours tenu sur la réforme tant attendu. Je peux me tromper mais j´aurais essayé de comprendre Obama.

Quand ruines et taudis gonflent l´économie de l´Etat

Bairo Alto et ses anciennes maisons

Il y a un phénomène qui s´est passé et se passe encore sous mes cieux. Le déguerpissement. Phénomène d´urbanisation, d´agrandissement, de modernisation, d´aménagement, et que sais je. Je ne sais qui des dirigeants a eu l´idée. On rase des quartiers sur un critère connu seul par nos maires imposés sans l´avis des archéologues, les géologues, urbanistes, géographes, historiens et sociologues. La légende populaire raconte que la jalousie entre deux hommes pour une femme est devenue une affaire de clan et on a rasé Dembé qui est à présent le repaire des brigands coupe-gorge colombiens et le logis de tous les bandits et autres criminels et pickpockets.

J´écris aujourd´hui, car en visitant certains pays, je vois comment les vieilles baraques rapportent de l´argent. Parfois j´y ai aussi laissé passer mes maigres sous histoire de voir et me rendre compte à la fin que ce n´était pas si grand que ça ou si historique qu´on le croit. Il y´a trois semaines, j´ai payé pour voir les taudis comme  Chaido, Bairo Alto qui font Lisbonne. Des maisons ou des ponts  en ruine, parce qu´ayant résisté à un tremblement de terre. Je me suis arrêté devant des fondations des maisons non achevées, des maisons écroulées allant parfois me laisser photographier et souriant comme un niais. Puis un clic. Une lumière a jailli dans ma tête et je me suis dit :  si on n’avait pas rasé Gardolé pour un hôpital sans goût et sans architecture définie. Si on n´avait pas rasé Moursal, Mme Togui pour un commissariat actif qui s´accommode des voleurs au lieu de protéger la population. Je me dis si on n’avait pas détruit  tous ces vieux quartiers, je me serais faite guide pour touristes racontant les épopées de mes ancêtres les Sao et leur arrière-grand-père Toumaï. Bla bla bla Toumai a fait ci, bla bla bla Sao a fait ça. Là, c´est le tombeau du fils de Mbang Gaourang avec la reine Maijenesaisquoi, de l´autre côté le château en ruine du fils adultérin de la reine de Midi avec le roi Sao qu´ils ont caché pour ne pas s´attirer la colère de la reine mère. Au Nord de là, le tombeau de Brahim Seid et, etc. J´aurais eu un job de rêve ; beaucoup d´argent pour peu de travail. Les touristes laissent souvent de gros pourboires pour un mensonge bien concocté.

Voyez-vous tout ce qu´on aurait pu faire de nos taudis d´Amriguébé, de Ngueli, Sabangali, Chagoua et tout le reste ? Et ce n´est pas tout. Mon petit frère aurait pu vendre aux touristes des pacotilles soi-disant des bracelets des reines Oumé, Maidjouré. Ma grande serait restauratrice et proposerait le bouillon des chasseurs. Bouillons que prenaient les Sao avant la saison des chasses. Mon père se déguiserait en ancien garde du palais royal du royaume Kanembou pour compléter sa petite pension de retraité tchadien. Je sais que ma mère se réjouirait d´arrondir ses fins de mois et préparer sa prochaine retraite en économisant un peu. Elle jouera la prêtresse du temple des rois du Ouaddaï.

Vous voyez ce qu´on aurait pu faire avec tous ces taudis qu´on a rasés ? Ce billet sert donc de plaidoyer pour tous ces autres quartiers déguerpissables qui portent des croix blanches du cadastre. Ces futurs déguerpis d´Atrone, d´Habéna, d´Atrone ou Kamda. On peut moderniser une ville, l´embellir sans devoir casser, raser , déboiser. Au contraire on peut utiliser chaque composante, en tirer profit pour l´économie. On aurait investi l´argent pris sur les entrées des sites pour les entretenir ou construire la ville. Il nul besoin d´être sorcier pour avoir une suite dans les idées. Voilà, c´est que je peux après ce billet être une bonne conseillère au ministère du Tourisme, développement urbain ou à l´aménagement du territoire. Et si après lecture de ce billet on ne revoit pas la politique du déguerpissement. Je dirai que nul ne veut le bien de la population tchadienne.

Voilà, j´ai parlé.