Un jubilé, une fête du savoir: le Lycée Sacré-coeur a eu 50 ans  

Il est un lycée qui entre dans les établissements légendes du Tchad. Il y a des raisons de célébrer le Lycée Sacré-coeur.
Ph Patricia Lamana
C´était une partie de mon cursus. C´était mon temple du savoir. Les collégiennes en bleu et blanc nous fûmes. Admirées de tous pour la renommée de ce lycée. On a été moulé dans la pâte de l´équité, de la justice, de la connaissance et de la crainte de Dieu. Le sacré-coeur, si c´est un homme, il serait aujourd´hui un grand-père jouant avec ses petits-fils sur ses genoux et contemplant ses oeuvres. Il est là en bâtiments, témoin des générations d´élites qu´il a formé. Témoin des rêves de ses élèves, de leurs caprices puériles, de leurs larmes et de leurs joies et rires.
Nous fûmes heureux d´être passés par là. La célèbre 4 ème A, les punitions du censeur, les tableaux d´honneur refusés, l´épisode de jupes courtes. Mme Zoda, Mr Allahrangue, Mr Eugène, Mr Kimtolngar, … Vous êtes encore dans nos mémoires et nous vous sommes reconnaissants. À tous les religieuses du collège, vous fûtes merveilleuses.Je laisse un ancien vous rendre hommage.
Vivement d´autres cinquantenaires au service du savoir.

50 ans du lycée du sacré-coeur


Le lycée du sacré-coeur de N’Djaména a fêté ses 50 ans d’existence en cette fin de semaine. Comment ne pas rendre hommage à celles qui ont construit et accompagné cette oeuvre dans laquelle j’ai été formé? Les religieuses du Sacré-Coeur que j’ai connues se sont investies pour donner le meilleur d’elles-même à des générations de jeunes tchadiens et tchadiennes: les pionnières que sont les soeurs Geneviève Bovagnet, Daniel Berger, Francoise de Pous Marie-Jeanne Griffaton, Brigitte et bien d’autres ont passé la main à une nouvelle génération, dont la soeur Nguemta Nakoye est pour moi l’une des représentantes. La rigueur avec laquelle la soeur Geneviève dirigeait l’établissement mais également la tâche d’éveil spirituel à laquelle s’adonnait la soeur Marie-Jeanne Griffaton, tâche dont la soeur Nguemta Nakoye et moi-même en sommes les bénéficiaires, restent marqués en lettres d’or en moi. Puisse Dieu nous donner de vivre le centenaire de cet établissement pour dire au plus jeunes ce qu’était l’esprit du Sacré-Coeur.

The following two tabs change content below.
Réndodjo Em-A Moundona
Femme, Tchadienne, Socio-journaliste, communicatrice et spécialiste des soins Geriatriques. Mon amour pour la plume, mon regard sur mes mondes. Sans préjugés.
Réndodjo Em-A Moundona

Derniers articles parRéndodjo Em-A Moundona (voir tous)

Post Comment